Petites histoires du mois de janvier, édition 2015

makeymakey

Je n’ai pas pris de résolution pour 2015, tout comme je n’ai pas pris de résolution en 2014 quand je me suis rendue compte en 2013 que c’était contre-productif. Je n’ai donc pas pris de résolution pour 2015, mais me suis fixée l’objectif – tout du moins l’envie – de devenir un vieux sage en haut d’une montagne d’ici la fin de l’année.

Je voulais en parler dans un article entier, un article dédié, mais je n’ai pas pris le temps.
Au mois de janvier, je voulais prendre des photos, avancer dans la calligraphie, inaugurer mon kit Arduino pour débutants. Je voulais écrire des fragments, lire des livres, avancer dans mes cours de photo numérique.

Au mois de janvier, quelqu’un m’a donné son café parce que c’était un latte et que j’avais demandé un café simple. J’ai rencontré des gens, au mois de janvier. Des gens que j’avais envie de rencontrer, des gens que je n’avais pas envie de rencontrer, des gens que je ne pensais pas rencontrer.

russian_dolls

Et pourtant, alors que je m’apprête à publier cet article, rien ne me vient.
Il n’y a rien dont j’ai envie de parler sur place publique. Il n’y a que des mails que j’ai entamé mais que je n’arrive pas à finir.
Il n’y a rien que des conversations à voix basse que j’aimerais avoir. Mais les mots ne viennent pas.

Il s’est passé un tas de choses au mois de janvier, mais il n’y a que du gris qui me vient en tête.
Je n’écrirai pas cet article parce que je n’ai pas envie de parler de choses grises sur la place publique.

J’ai été triste au mois de janvier.

B8BtKNSIQAACzRI.jpg:large

Ce que je retiens du mois de janvier :
Agent Cooper et les donuts de la police de Twin Peaks • Les deux ans de la mort d’Aaron Swartz • Un dimanche entier passé à réorganiser ma bibliothèque • Twitter parle maintenant le lolcat • Le morceau Serenity de Popof • L’article La cueillette des biens matériels de Ploum • Le mindfuck de The Stanley Parable • La phrase « Il n’habite nulle part en particulier, mais dans son ordinateur en général. » à propos de Gustavo Ferreira, designer.