L’avenir sera-t-il NOOBS vs TECHS ou NOOBS x TECHS ? – Partie 2 : Nous avons besoin de beaux outils

[Edit du 12/07/15]
Sur un presque coup de tête que je fomente depuis quelques jours déjà, je décide de publier tous les articles en brouillon qui s’entassent depuis des années dans mon WordPress.
Ils sont donc publiés bruts, tels quels et non relus. Certains n’ont pas été publiés parce que je n’ai jamais pris le temps de les finir, d’autres n’ont pas été publiés parce que j’ai voulu faire les choses trop bien et que le perfectionnisme, c’est le mal.

[Edit de l’edit]
Quelques-uns ne seront jamais publiés parce que je viens de me rendre compte que je les ai supprimé…

Pour lire l’introduction à NOOBS & TECHS, c’est par ici.

Je me considère comme une pure dictatrice de l’esthétique.
Il y a quelques années, j’étais complètement fauchée et j’achetais uniquement des produits premiers prix. Et, alors que je me baladais dans les rayons du Leclerc, dès que je faisais des courses, je me disais : Meuf, quand tu auras un peu plus d’argent, tu pourras acheter les produits qui me font envie.
Aujourd’hui je peux me permettre d’acheter des produits qui me font envie. Et quels sont les produits qui me font envie ? Ceux qui ont un beau packaging.
Oui. J’achète régulièrement des produits alimentaires non pas pour leurs prix ou leurs qualités culinaires mais pour leurs packagings.
Je fais ceci parce que je pense que les beaux objets améliorent la vie des gens. Du moins, je suis convaincue qu’ils améliorent la mienne.

Il y a quelques années, j’étais complètement fauchée. Et le truc qui me rendait le plus malheureuse, c’était d’acheter des produits premiers prix parce qu’ils étaient laids.
Le truc qui me rendait le plus malheureuse, c’était de vivre dans une maison sans beaux objets. Un de mes plus gros budget est indéniablement mon budget décoration.
Et ceci parce qu’un jour, j’ai entendu un designer déclamer dans un documentaire de Gary Hustwit : Le design améliore la vie des gens. Et cette phrase est restée longtemps gravée dans ma tête parce que, le jour où j’ai entendu ça, j’ai réussi à mettre des mots sur un sentiment confus.

Je pense que le design améliore la vie des gens. Pour des raisons que j’ignorais avant de regarder les documentaires de Gary Hutswit : Le design n’est pas qu’une question d’esthétique. C’est aussi une question d’ergonomie.
Le design améliore la vie des gens parce qu’il amène de l’ordre et de la beauté dans du chaos.

La première chose que je fais quand je me réveille, c’est de consulter mon flux Instagram. C’est comme ça que j’aime commencer ma journée. La plupart des gens que je suis sur Instagram sont des designers d’intérieur, et ce sont aussi des gens qui ont des blogs ; blogs auxquels je suis abonnée. Je m’amuse toujours à constater que mon Feedly est rempli avec deux catégories bien distinctes : l’hacktivisme, et le design d’intérieur.

Et parfois, les deux s’interconnectent à merveille. Feu-Owni en est un exemple parfait. Le Reset The Net de juin dernier en est un exemple parfait. La distro Elementary OS.
Et puis d’autre fois, c’est laborieux. Comme sur le site de GNU. Ou XFCE Look, sur lequel j’ai passé pas mal de temps dernièrement. La distro Handy Linux.

J’ai entendu certains développeurs dire : « Oui, c’est laid. Mais ça marche. C’est laid mais je m’en fous, moi ça me plaît comme ça. »

 

Auriez-vous envie d’emménager dans une maison où les vitres sont couvertes de crasse et le papier différent à chaque pan de mur ? De conduire sur une route où aucun panneau n’est similaire à un autre, où tous les panneaux sont dans des tailles, des polices et des couleurs différentes ? Auriez-vous envie de lire un livre entièrement écrit en Comic Sans taille 10 ?

Lorsque vous faites des travaux chez vous, vous faites appel à des artisans, non ? Lorsque vous n’avez pas envie de cuisiner ou que vous voulez passer un bon moment, vous allez dans un restaurant, non ?

Ce devrait être la même chose pour votre design. Vous devriez faire appel à un professionnel et non laisser ça au stagiaire.
Un bon design ne devrait pas être un luxe. Pas plus que vous devriez être considéré comme un bourgeois parce que vous avez payé quelqu’un pour vous faire une charte graphique.
Un bon design ne devrait pas être optionnel. Ni un bonus.

Un bon design devrait faire partie d’un tout harmonieux.
De la même manière que votre code doit être propre, votre design doit être propre.

Pour reprendre l’introduction écrite dans le précédent article, « Les outils que j’utilise ne sont pas intuitifs. Les outils que j’utilise ne sont pas fonctionnels. Des fois je ne comprends rien. J’ai envie de m’arracher les cheveux. Tout est nul, différent et, pire encore : tout est laid. »
C’est un des premiers trucs qui m’a marqué en plongeant dans le libre. Des outils laids et des sites web moches.

 

My own private running gag

Je crois que je devrais filmer les gens qui utilisent mon ordinateur et font une recherche sur le net. Et je devrais filmer la réaction des gens lorsqu’ils découvrent mon moteur de recherche : Startpage. Ce serait un bon running gag.

 

À l’inverse, une de mes premières satisfactions à être sur Linux, c’est mon environnement de bureau, mes icônes et tous ces petits détails qui font que je ne retournerai pas sur Windows, et que je n’achèterai pas de Mac.
Je pensais qu’Apple avait le monopole de l’esthétique. Et je suis ravie de découvrir que ce n’est pas le cas.

 

Pourquoi avons-nous besoin de beaux outils ?

Nous avons besoin d’outils respectueux de nos données. Nous avons besoin d’outils dont le code est librement accessible. Nous avons besoin de démocratiser le libre.
Et ce n’est pas en se tirant dessus les uns sur les autres, les développeurs vs les graphistes, que nous y arriverons. C’est en collaborant ensemble, les développeurs feat les graphistes, que nous y arriverons.

Si nous voulons nous libérer d’outils propriétaires et centralisés, nous avons besoin de plier nos bagages et poser nos valises dans des endroits accueillants. Nous avons besoin de beaux outils parce que nous avons besoin d’outils qui nous souhaitent la bienvenue, parce que nous avons besoin d’outils qui améliorent notre vie.

Nous avons besoin d’outils qui nous donnent envie. Nous avons besoin d’outils avec lesquels nous avons envie de travailler, de composer. Nous avons besoin d’interfaces qui nous donnent envie de cliquer sur des boutons. Pas qui nous provoquent des mimiques de dégoût.

 

Je ne veux plus entendre de développeurs se complaire dans des choses fonctionnelles mais laides.
Je ne veux pas d’élite technique.
Je veux entendre des développeurs qui comprennent l’intérêt, la nécessité de belles interfaces.
Je veux des Aaron Swartz partout autour de moi : des techs portant des tee-shirt Design will save the world.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour un article sur l’accessibilité !