mercredi 24 septembre 2008

Ici, les gens vont au Lavomatic avec des sacs Ikéa bleus.
Aujourd’hui il faisait gris, il pleuvait et je n’avais pas mon parapluie, alors je laissais mes lunettes devenir très vite aussi brumeuses que le ciel. Et je calais mes mains dans ma veste, l’une contre la prise des oreillettes de mon mp3, qui grésille sans cela. Je pourrais très bien me trimballer en tee-shirt sans que cela change quoi que ce soit, puisque j’attrape froid dès qu’une fenêtre est ouverte. Résultat : je suis malade tout le temps. Et j’avoue m’étonner sans cesse de ce peu de manque de force physique, ou plutôt devrais-je dire de cette énorme faiblesse physique. Whatever, je ressortirai mon parapluie demain en allant en cours de biologie *sick*
Entre la fac, la caf, l’agence immobilière, la mutuelle, les bourses et tout ce qui reste, je n’ai plus une seule seconde pour moi; et je me surprends souvent à rêver de matinées au lit, à manger des croissants pleins de confitures de lait, décortiquant miette par miette jusqu’à ce qu’il y en ai partout sur la couette :)
Parfois, j’ai même l’impression de marcher à reculons et, lorsque je croise mon visage dans une vitre, je n’y vois qu’un visage blafard et des cernes. Je me cache alors sous mon keffieh et je regarde mes pieds.A part ça, hé bien pas grand chose, je suis devenue plus une ménagère de moins de 25 ans qu’une étudiante, épuisée avant même d’avoir atteint plus de la majorité (sortez tous les violons pour me jouer un morceau hehe). Dès que je sors de l’immeuble, je jette un coup d’oeil à la boite aux lettres (ce qui veut dire en clair que je passe plus de temps le nez devant ma boite aux lettres que dans mon appartement). J’attends avec une extrême impatience ma commande Amazon. Deux Banana Yoshimoto en anglais et peut-être même un Hitonari Tsuji si ma carte bancaire (qui se solde actuellement à 4.60 misérable euros : j’essaie de deviner avec amusement la tête du type qui me piquerait ma carte visa avant de remarquer qu’il ne pourra même pas se payer un paquet de cigarettes avec) a été généreuse.Puis, au passage, mon disque dur a mouru, ce qui veut dire que je dois me taper les films mainstream du disque dur d’un autre, et en plus en version française ! Damnation, je suis perdue à jamais. Ce qui veut dire aussi que je n’ai plus rien à écouter, à part les quelques groupes qui ont débarqués comme ça dans mes documents : Orange Blossom (Dieu soit loué, j’aime plutôt), Girls In Hawai (que personne ne rigole), Gotan Project et Champion (rien à redire). Et puis cette nuit, j’ai fait un rêve de fou, cf vidéo. A part ça, je vais bien sans mon blog, oui, merci. Mais je me sens un peu névrosée sans mes films d’auteurs prétencieux.Vivons fauchés, aimons nous les un les autres ! Gloire à Bouddha, mes pauvres enfants. Je peux dire adieu à mes fausses Doc Martens en vinyle ! (Quelle petite bourgeoise je fais, vraiment)