Le grand supermarché païen

[Edit du 12/07/15]
Sur un presque coup de tête que je fomente depuis quelques jours déjà, je décide de publier tous les articles en brouillon qui s’entassent depuis des années dans mon WordPress.
Ils sont donc publiés bruts, tels quels et non relus. Certains n’ont pas été publiés parce que je n’ai jamais pris le temps de les finir, d’autres n’ont pas été publiés parce que j’ai voulu faire les choses trop bien et que le perfectionnisme, c’est le mal.

[Edit de l’edit]
Quelques-uns ne seront jamais publiés parce que je viens de me rendre compte que je les ai supprimé…

[Edit de l’edit de l’edit]
Je voulais parler dans cet article de mes tous nouveaux sentiments de petite hippie anti-capitaliste altermondialiste et à quel point j’ai haï acheter des choses pour Noël cette année. Je me rends compte que l’introduction peut faire penser le contraire, aussi je fais de l’editception (edit de l’edit de l’edit de l’edit – tout est une copie d’une copie d’une copie d’une copie).

Peanuts Christmas Panorama – Kevin Dooley – CC-BY

« De toute façon, Noël, c’est juste une grande fête consumériste. »
J’ai toujours détesté les gens qui tenaient ces propos. Un peu comme les gens qui trouvent que la Saint-Valentin, c’est surfait. Disclaimer : Je trouve aussi que la Saint-Valentin, c’est surfait et, depuis bientôt trois ans, le 14 février est désormais la date anniversaire de mon divorce avec Mark Zuckerberg. Je persiste néanmoins à haïr les rageux de la Saint-Valentin, qui m’inspirent à la fois du dégoût et de la pitié.

 

La magie de Noël
École primaire. Je lis un magazine Astrapi