dimanche 31 août 2008

Assise dans mon lit, fenêtre ouverte, je fume une cigarette en cherchant les mots pour commencer cet article. Rien ne vient, alors je me repasse en boucle le set Bathroom Beauty de Bambi, fantasmant sur son tapis de toilette et ses rideaux de douche Hello Kitty. Je passe en revue ses piercings, à la recherche de la prochaine barre en acier chirurgical qui me transpercera la peau. Classiquement, j’opte pour la deuxième narine, la langue ou le cartilage. Futilités, futilités.
Et je fête mon anniversaire en avance. Je récupère le pc portable de Damien Leboulanger en un seul mot, gardant par nostalgie l’autocollant Wanadoo. Des chaussures à talons, qui insolemment me suggère un : tellement chouettes et tellement immettables. Alors les clacs-clacs résonnent dans la maison, et mes pas se font plus lents, plus saccadés.
Mr Bouille d’A a décidé de me faire une semaine anniversaire, en m’offrant chaque jour un cadeau, pendant une semaine. Et c’est toujours avec la même impatience que je déchire délicatement le papier cadeau, rien que pour prolonger le suspens. L’artbook numéro 2 du Café Salé, où je m’émerveille de plus en plus chaque page tournée. Au secours, pardon de mon ancien héros F. Beigbeder, que je m’empresserai bientôt de dévorer et le dernier Nothomb, Le Fait du prince. La suite demain matin, petit déjeuner au lit.Et lorsque l’on marche dans la rue, je passe son bras au tour de ma taille, en lui murmurant des mots doux,
plus amoureuse que jamais.