Chroniques chaotiques de New Berlin, Fragment #07

Premier fragment : Chroniques chaotiques de New Berlin, Fragment #01
Second fragment : Chroniques chaotiques de New Berlin, Fragment #02
Troisième fragment : Chroniques chaotiques de New Berlin, Fragment #03
Quatrième fragment : Chroniques chaotiques de New Berlin, Fragment #04
Cinquième fragment : Chroniques chaotiques de New Berlin, Fragment #05
Sixième fragment : Chroniques chaotiques de New Berlin, Fragment #06

Bit is beautiful.
C’était le tout premier slogan du collectif pro droit des électroniques. Ce collectif, Felisha et Heikki avaient décidé de le lancer un soir, tard dans la nuit, à force de recevoir des courriers électroniques de personnes posant un tas de questions sur le droit des androïdes, sur la sexualité avec les androïdes, sur le hack d’androïdes. Un collectif autogéré, sans hiérarchie, sans plan d’action. Un collectif pour être ensemble, pour avancer ensemble. Parce que militer n’était plus une option, mais une nécessité.

Pour monter ce collectif, ils avaient suivi à la lettre le « Petit Guide de création de clusters ». Document de propagande qu’ils diffusaient dans des librairies anarchistes, dans des manifestations, dans des zones autonomes et auprès d’autres collectifs militants.

1. Faites la fête avec des amis qui partagent des intérêts similaires aux vôtres. Préparez à manger, achetez de la bière, faites comme vous voulez. Assurez vous d’avoir une connexion Internet et demandez à vos invités d’apporter leurs ordinateurs portables. Écoutez de la musique. Si votre logement est trop petit, trouvez un pub ou un cybercafé dans lequel vous pourrez vous rencontrer munis de vos ordinateurs portables.

C’est tout naturellement qu’ils se sont tournés vers New Berlin pour créer un point de chute physique.
New Berlin, lieu de célébration clandestin des technologies analogiques et dissidentes.
C’était une private joke à la base. Dans de nombreuses œuvres d’anticipation ou de science-fiction, il était monnaie courante d’entendre parler de New New York, New New Delhi, New New Jersey ou encore des noms de villes avec le préfixe Néo. Néo-Séoul, par exemple.

New Berlin était, à la base, juste un espace créatif habité par n’importe qui et tout le monde à la fois. Anciennement hangar industriel, les habitants de New Berlin étaient d’énormes consommateurs de musique techno. Ils avait renommé le hangar New Berlin en hommage à la musique techno, mais aussi en hommage à toutes ces New villes futuristes.

2. Créez un canal IRC et dites partout sur Internet que c’est un endroit où il se passe tout plein de choses. Utilisez un réseau bien frais comme Freequest ou Anonnet. Trouvez une coquille (shell ?) IRC et plongez vous dedans. « Ta coquille, c’est ta maison » (dixit ?)

Il avait fallu quelques années pour que New Berlin devienne un écosystème à part entière. L’équation était simple : plus les libertés individuelles s’étiolaient, plus New Berlin grandissait. Et c’est ainsi que des gens de tous horizons s’étaient rendus là-bas, recréant un endroit hors du temps, hors du monde, avec ses propres règles, son propre manifeste et sa propre gouvernance.

3. Rassemblez des amis ayant des compétences diverses. Vous aurez besoin de codeurs ainsi que de philosophes, de personnes qui s’y connaissent en politique ou qui maîtrisent Photoshop. Vos amis doivent eux aussi savoir se faire plaisir, sinon vous n’irez pas bien loin. L’activisme, c’est pas sorcier, si vous répartissez bien les différentes compétences. Pensez en termes de multiplicité plutôt que d’expertise !

Rapidement, les gens du dessus ont commencé à s’inquiéter de l’ampleur que prenait l’endroit. Ils avaient lancé des campagnes de communication pour décrédibiliser New Berlin.
On y parlait de trafics de stupéfiants, de pornographie enfantine, d’activités criminelles et de nombreuses autres activités illégales. Les habitants de New Berlin était appelés dissidents, et ce simple mot suffisait à effrayer les foules.
Il ne faisait pas bon d’être dissident en ces temps là. Pourtant, à ce moment là, les choses allaient encore à peu près. New Berlin n’avait pas encore commencé à être vidé de sa population. Il était encore possible d’y faire des choses.

4. Donnez des noms sympas à vos sites, dans le genre Werebuild.eu et Telecomix.org. Faites en sorte que les gens puissent vous trouver facilement. Utilisez des slogans.

C’est quelques années plus tard que les serveurs ont été déplacés en plein milieu de la nuit. New Berlin a disparu en plein milieu de la nuit pour réapparaître ailleurs au petit matin. C’est comme ça qu’ils ont perdu une grande partie des habitants de New Berlin. Parce que la toile de confiance n’était pas assez grande, parce qu’elle ne devait pas être grande. Ils avaient eu des discussions houleuses, personne n’était d’accord. Certains voulaient déménager tout New Berlin, d’autres ne voulaient déménager que la toile de confiance.

5. Devenez amis avec des gens importants. Contactez des politiciens, des bureaucrates, des présidents, des sociétés, d’autres activistes, des hackers, des artistes, etc. Exit la sélection préalable, parlez à tout le monde. Flirtez beaucoup, mais ne faites jamais rien que vous pourriez regretter. Créez des liens de confiance mutuelle en travaillant en groupe. Les politiciens ont besoin de votre voix, les sociétés auront besoin de votre consommation. Comprenez que vous êtes important, mais ne devenez pas suffisant. Regardez aussi des films ensemble, gardez les pieds sur terre.

Et c’est la toile de confiance qui a été choisie par défaut, par urgence. Le collectif lancé par Felisha et Heikki était en train de se dissoudre, petit à petit. Les androïdes commençaient à disparaître du jour au lendemain. Les 343 pédés avaient été débranchés, parfois reprogrammés, souvent déprogrammés.

6. Installez Mediawiki, WordPress et utilisez EtherPad. Envoyez plein de bots dans vos canaux IRC. Partagez toutes les données possibles. Ne respectez pas le droit d’auteur ! Copiez toutes vos disquettes !

Heikki était assis dans le canapé, son écran interne lui renvoyant une partie de speedrun.
D’habitude, Felisha insistait pour qu’il le regarde sur un écran externe et qu’elle puisse en profiter avec lui, mais pas aujourd’hui.
Heikki regardait le TAS de Super Meat Boy tout en gardant un œil sur Felisha, assise à son bureau, le dos vouté, le corps penché sur sa soudure.
Felisha était tendue. Elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle faisait. Combien de temps Heikki allait-il tenir avec sa batterie de secours ?

7. Organisez des soirées (bis). Inventez des vocabulaires. Parlez comme vous le feriez sur 4chan. Faites de la musique ensemble, même si vous ne jouez d’aucun instrument.

Heikki captait les battements de cœur régulier de Felisha. Il savait que quelque chose la tracassait. Il savait exactement ce qui la tracassait, et pourquoi elle ne voulait pas lui avouer.
Le corps de Felisha était secouée de minuscules tremblements. Elle était silencieuse. L’odeur de la soudure dérangeait Heikki. L’odeur de la soudure le dérangeait parce qu’il savait ce qui se cachait derrière cette soudure. Il savait ce qui inquiétait Felisha. Et pourquoi elle ne voulait pas lui avouer.

8. Si vous rencontrez des trolls sur Internet, répondez en trollant, ou faites en sorte qu’ils ne viennent plus là où vous traînez. Ou soyez plus cools qu’eux, proposez-leur de vous rejoindre (en fait c’est simple, répondez en trollant). Ne les laissez pas vous atteindre.

Il fallait qu’il lui dise. Maintenant. Il fallait qu’ils règlent ce problème. Ensemble.
Felisha voyait la silhouette de Heikki s’approcher dans la vitre. En vitesse, elle frotta son nez et ses yeux contre sa chemise râpeuse pour effacer toute trace de larmes.
Heikki posa ses deux mains contre les oreilles de Felisha. La jeune femme fut parcourue d’électricité dans tout le corps. Parce que Heikki avait posé ses mains contre elle, et parce que Heikki était en train de lui envoyer des signaux électriques.

9. Démarrez régulièrement de nouvelles campagnes politiques. Appelez-les des raids, des opérations, des projets, ou donnez-leur un tout autre nom. Rédigez des instructions et des tutoriels. Assurez-vous que les néophytes seront en mesure de comprendre ce que vous comptez faire. Synchronisez votre travail. Faites un compte à rebours comme pour le décollage d’une navette spatiale.

The Mad Man in a Box.
Ce morceau arrivait toujours à apaiser Felisha.
Felisha avait grandi avec les histoires du Docteur.
Mais aujourd’hui, rien ne pouvait l’apaiser.
Elle enfouit sa tête contre le corps de Heikki. Son corps dysfonctionnel était gelé. Son gestionnaire de température avait crashé, comme de nombreux autres logiciels.
« Felisha… Réparer ma batterie de secours ne servira à rien. J’ai besoin d’être équipé avec du hardware libre.
Felisha se mit à pleurer.

10. Dressez une liste claire et concise de vos arguments, au cas où vous devriez les utiliser à la volée. Gardez en tête quelques faits marquants pour étayer vos affirmations. Créez vos propres tee-shirts pour engager la conversation avec les gens qui passent dans la rue. Louez un avion avec une banderole, toute la ville se demandera « Qui était-ce / Qu’est-ce que c’était ? ». Avec vos amis, postez-vous dans les rues de la ville et expliquez votre démarche aux piétons. Envoyez un ami astronaute sur la lune et faites-le écrire votre URL sur le sol avec de la peinture en bombe.

Le hardware libre était le premier problème de New Berlin à ce moment.
Il était impossible de s’en procurer, et presque tout autant impossible d’en recréer.