Après l’été vient Mabon

Se donner le courage d’être soi. Se donner l’autorisation de tout recommencer à zéro. Faire vœu de silence. Porter des vêtements appartenant autrefois à d’autres personnes.
Le processus de mort dans son ensemble touche à sa fin. C’est la phase de transition. Vers la renaissance. Entre les deux. Continuer à détruire petit à petit l’ancien pour céder la place au nouveau. La Tour, La Maison-Dieu. Changer de couleurs. Faire du tri. Se donner le droit à l’erreur. Écrire partout, s’autoriser à changer d’avis, faire de se tromper, faire des essais à des erreurs. Se réapproprier ses quartiers. Donner du pain aux canards, des noix aux oiseaux. À la fenêtre, de la lavande, du thym et de la bruyère. Faire vœu de solitude et savourer chaque instant de cette solitude. Quitter toujours plus le divertissement pour des choses qui nourrissent. Abandonner toute idée d’agenda social, se donner le temps d’être seule. Laisser tomber le rose, abandonner l’enfant et la jeune fille. Écrire la femme. Surveiller la Lune, tous les soirs. Jupiter, Mars, Venus, Saturne, Pluton. Étudier. Faire raisonner les mots sciences humaines et sciences occultes. Ne pas se précipiter. Prendre le temps, enfin. Quitter le court terme pour le long. Faire sécher des roses dans le placard. Année 29, mois 1. Une paire de sécateurs et un arrosoir. Revenir en mars. L’égo a repris ses quartiers. Il veut travailler. Avancer. Définir. Mettre des mots, des couleurs, des odeurs. Lui accorder toute son attention. Travailler tous ensemble, dans la même direction. Abandonner des étiquettes. Choisir des mots pour que la transition soit douce. Ne pas regretter ni souhaiter le retour de la joie de vivre. Composer avec ce qui est. Se rappeler de l’impermanence. Ne pas s’inquiéter. Ne plus s’inquiéter. Ce qui arrivera arrivera. Descendre aux enfers et rencontrer les ombres. C’est trop tôt pour les autres. Le grand travail de fond a à peine commencé. Faire vœu de sagesse. Ne plus courir après l’accomplissement ou la réussite. Apprendre à observer. Mettre de côté sa kryptonite. Poser du parquet, coller de la tapisserie, remplacer du carrelage. Être avec les siens, plus tard. Rencontrer Freud. Faire un essai. Envoyer des cartes postales en Pologne, en Russie et en Chine. Rencontrer une personne précieuse dans l’Ohio. Ne pas percevoir l’invisible parce que c’est trop tôt. Regarder en haut, regarder en bas. Allumer des bougies, laisser le vent frais d’automne s’installer dans les pièces. Consigner quelque part ses rêves. Les heures miroir, tous les jours, tout le temps. Continuer à explorer avant de décider. Ou ne pas décider du tout. Se recentrer vers la sororité. Ne plus laisser de place à l’ambigu. Laisser les illusions se dissoudre. Prendre le temps de ne plus être soi pour devenir quelqu’un d’autre. Envisager ce que ça ferait, de vivre sans peurs. Commencer un travail ailleurs et avec quelqu’un d’autre. Avoir un nouvel interlocuteur. Aller au bout des choses. S’enfoncer toujours plus loin à l’intérieur. Après les courriers, les mails, les déclarations d’amitié et les remerciements, un nouveau vide s’installe. Faire de la place. Enlever, soustraire, réduire. Ne pas laisser d’espace libre pour les interférences extérieures. Décider pour soi, par soi. Être nulle part et partout en même temps. Être seule et reliée à tout un chacun en même temps. Année 29. Le retour de Saturne. Redéfinir ce qui a de l’importance et ce qui n’en a pas. Rejeter le positif pour intégrer le négatif. Chercher les siens. En trouver certaines. Consigner l’évolution, la transition. Trouver ses marques.